Cultivez votre propre houblon


Le houblon est un élément que tout brasseur amateur (et tout brasseur professionnel, d’ailleurs) utilise très régulièrement. Il est tellement omniprésent qu’il est souvent considéré comme acquis, il est facile d’oublier d’où il vient et le travail acharné qui est nécessaire pour le mettre dans le congélateur de votre magasin de brassage. Cependant, comme pour la plupart des choses dans le domaine de la brasserie, il est étonnamment facile, amusant et gratifiant de cultiver son propre houblon. Si vous avez déjà ressenti la fierté de siroter une pinte de bière que vous avez fabriquée vous-même, vous adorerez le coup de pouce supplémentaire que vous recevrez en sachant que vous êtes la source de l’un des principaux ingrédients. Alors apprenons à faire pousser votre propre houblon !

Avant de commencer à acheter des rhizomes, assurez-vous d’avoir un bon endroit pour les cultiver. Idéalement, vous voudrez un endroit qui présente le plus grand nombre possible des caractéristiques suivantes :

  • Une bonne circulation de l’air et un bon drainage
  • Une bonne exposition au soleil
  • Une sorte de protection contre les vents violents
  • Beaucoup d’espace vertical (le houblon aime grimper)
  • Accès à un tuyau d’arrosage


En outre, le houblon a besoin d’une sorte de structure pour grimper. Il peut s’agir d’une simple partie d’une clôture existante ou d’un treillis fixé sur le côté d’une maison, mais il n’y a pas de limite à ce que vous pouvez construire, un simple treillis préfabriqué d’environ 1,5 mètres de haut, qui a bien fonctionné mais qui a été rapidement dépassé. Le houblon peut pousser à un rythme de 5 centimètres par jour, donc plus grand, c’est mieux. Cette année, je suis passé à un treillis de 2,30 qui est notamment plus robuste et plus grand. Il existe de nombreux plans de treillis sur le Web, alors faites des recherches et trouvez ce qui convient le mieux à votre installation.

Le sol idéal est un loam lourd qui se draine bien et dont le pH est moyen (6-7,5). Un apport important de compost tout au long de la saison vous aidera à obtenir les conditions idéales pour une bonne croissance.

Vous avez donc votre emplacement, il est temps de choisir vos variétés. Si vous avez l’espace et les moyens de garder les variétés isolées les unes des autres, n’ayez pas peur de cultiver plusieurs types. Sans tests de laboratoire coûteux, il est impossible de connaître les pourcentages d’acide exacts du houblon cultivé chez soi, il est donc difficile de l’utiliser comme houblon amérisant. Je vous recommande de choisir vos variétés en fonction de ce que vous aimez dans les houblons de saveur et d’arôme.

Vous pouvez les acheter en ligne mais si votre magasin de brasserie local en vend, il sera plus facile de vous assurer que vous obtenez de bons rhizomes robustes. Veillez à ce qu’ils soient dodus et fermes, évitez les rhizomes desséchés, présentant des parties molles ou n’ayant pas l’air particulièrement sains. Une fois que vous les avez achetés, assurez-vous qu’ils restent humides jusqu’à ce que vous les plantiez. Mon magasin local les emballe dans des serviettes en papier humides et les conserve dans une pièce légèrement plus fraîche jusqu’à ce qu’ils soient vendus.

La plantation doit avoir lieu au début ou au milieu du printemps. Lorsque vous êtes prêt à planter, créez une petite colline pour chaque rhizome, à une distance de 50cm à 70 pieds des rhizomes voisins (je recommande un peu plus si vous plantez plusieurs variétés). Creusez un trou d’environ 15 cm de profondeur et placez-y le rhizome horizontalement, les pousses blanches vers le haut et les racines vers le bas. Recouvrez le rhizome de terre et, si possible, mettez une couche de paillis ou d’engrais sur la colline. Maintenez ces collines humides mais non saturées pendant toute la saison de croissance.

Les premières pousses apparaîtront au bout de quelques semaines. Laissez-les émerger jusqu’à ce qu’elles atteignent quelques centimètres de haut, puis choisissez les quelques vignes les plus robustes et coupez le reste. Enroulez ces vignes autour de ce que vous cultivez dans le sens des aiguilles d’une montre. Elles n’auront pas besoin de beaucoup d’aide, dès qu’elles auront quelque chose à quoi s’accrocher, elles suivront toutes seules. Si votre zone de culture a besoin de plus de surfaces d’escalade, la ficelle fonctionne très bien et est généralement assez facile à attacher à votre treillis.

Une fois que la croissance commence, elle devrait partir très facilement. Maintenez les plantes arrosées et gardez un œil sur les maladies et les parasites. Si l’une ou l’autre apparaît, procurez-vous un exemplaire de ‘The Homebrewer’s Garden‘, il contient de nombreuses informations sur la façon de traiter les différentes maladies qui peuvent apparaître. Vers la mi-saison, les premiers bourgeons de houblon commenceront à apparaître. Veillez alors à bien arroser les plantes pour favoriser la production de cônes. Encore une fois, un peu de compost à ce stade est une bonne idée. Ces bourgeons vont bientôt commencer à développer des bractées, les feuilles des cônes, et peu après, les cônes entiers seront abondants.

À ce stade, surveillez de près votre houblon car il sera bientôt prêt à être récolté. Un bon indicateur est la quantité et la couleur de la lupuline sur les cônes. Recherchez une grande quantité de poudre jaune-or près de la base des bractées. Reniflez également le houblon, il doit être très aromatique. Ils doivent être encore verts, mais au moment de la récolte, ils seront nettement plus secs et printaniers qu’au début de la saison. S’ils ont commencé à brunir, ils ne sont plus à point, mais tant qu’ils ne sont pas complètement bruns, ils peuvent encore être utilisés.

Le houblon frais comporte des épines et des résines, il est donc préférable de porter des manches longues et des gants en tissu lors de la cueillette. Il est également conseillé d’avoir un sac qui s’attache à votre ceinture ou à votre épaule et qui s’ouvre tout seul, car vous aurez besoin de vos deux mains. Pour cueillir le houblon, utilisez une main pour saisir la vigne et l’autre pour retirer délicatement le cône entier. Essayez d’éviter autant que possible de perdre la lupuline, qui est un composant essentiel de la saveur et de l’arôme du houblon. Vous aurez peut-être besoin d’une échelle en fonction de votre installation de culture, alors pensez-y lorsque vous plantez. Il faudra probablement beaucoup de temps pour récolter en fonction de votre installation, donc prévoyez en conséquence. La première année, les rendements seront relativement faibles (j’ai obtenu 10 onces séchées avec 2 rhizomes) mais ils augmenteront considérablement la deuxième année, ne vous découragez pas.

Une fois le houblon récolté, il faut décider ce que l’on va en faire. Le houblon utilisé dans les brassins domestiques et commerciaux typiques a été séché et transformé, et c’est ce que vous voudrez faire avec ceux que vous prévoyez de conserver.

Comment sécher le houblon


Une méthode relativement simple pour sécher le houblon : mettez les dans de petits sacs en papier d’environ 5 cm de profondeur et j’ai mis ces sacs à sécher dans un grenier ou une pièce séche. L’air chaud et sec d’un grenier fonctionne bien, secouez tous les deux jours pour les aérer et en quelques jours ils seront secs. Il existe d’autres méthodes, comme l’utilisation de déshydrateurs commerciaux ou la construction d’un four à bois. Il y a un bon modèle d’oast dans « The Homebrewer’s Garden » et vous pouvez en trouver beaucoup d’autres sur le web. Une fois votre houblon séché, mettez-le dans des sacs et enlevez le plus d’air possible. Vous pouvez utiliser des sacs de congélation de type ziploc ou, si vous en avez, une machine à sceller sous vide et des sacs. La méthode sous vide permet d’allonger la durée de conservation et est donc préférable si vous disposez de l’équipement nécessaire. Mettez les sacs dans le congélateur et commencez à préparer des recettes.

Une autre option pour votre récolte est la fabrication d’une bière au houblon humide. Ces recettes utilisent le houblon directement de la vigne sans aucun séchage, le temps est donc essentiel. Dans la mesure du possible, l’idéal serait de cueillir le houblon dont vous avez besoin pendant le brassage, afin qu’il soit le plus frais possible, mais cela peut s’avérer difficile, alors gardez le temps entre la cueillette et l’utilisation aussi court que possible pour éviter toute détérioration. Si vous devez attendre quelques jours, vous devriez pouvoir les congeler pour éviter tout problème. Une autre chose à noter est que le houblon humide contient évidemment beaucoup plus d’eau que le houblon sec, vous devez donc ajuster les quantités en conséquence. La règle de base est d’utiliser environ 4 à 5 fois le poids du houblon sec pour obtenir la même contribution en termes de saveur, d’arôme et d’amertume. Il existe d’autres nuances pour les bières au houblon humide, alors faites vos recherches avant de vous lancer.

Seule une attention mineure est nécessaire après la récolte. Attendez que les vignes se fanent et taillez les pousses au niveau du sol. Ajoutez un peu de compost et de paillis et vous serez prêt pour la saison prochaine. Attendez-vous à voir la croissance commencer en mars ou avril, selon le climat, puis préparez-vous à tout recommencer.

Glossaire-Biere
Bière

Glossaire du Brasseur

L’une des premières choses qu’un nouveau brasseur demande est : « Que dois-je acheter pour commencer ? » et « Que signifie ce mot ? ». Pour obtenir des

Lire la suite »
Bière

Cultivez votre propre houblon

Le houblon est un élément que tout brasseur amateur (et tout brasseur professionnel, d’ailleurs) utilise très régulièrement. Il est tellement omniprésent qu’il est souvent considéré

Lire la suite »